arctique-activites-scientifiques-et-inegalites-sociales

L’Arctique : activités économiques et inégalités sociales

Publié le

Un article de Valérie Levée, journaliste scientifique

Vivant dans les confins circumpolaires, il y a les Inuits mais aussi les Samis, les Koriaks, le Nénetses et bien d’autres. Ces peuples n’ont pas que le Nord en commun. Ils assistent tous à l’exploitation des ressources naturelles qui les entourent et ils affrontent tous des inégalités économiques et sociales. Pour documenter comment les activités économiques développées dans les contrées arctiques percolent vers les communautés arctiques, le partenariat circumpolaires Wealth of the Arctic Group of Experts (WAGE) a reçu une subvention de 2,5 millions de dollars sur 5 ans et c’est Gérard Duhaime, professeur au Département de sociologie de l’Université Laval, qui en a reçu la direction.

Gérard Duhaime consacre sa carrière à l’étude des populations de l’Arctique et il a contribué aux quatre rapports ECONOR qui décrivent l’économie de l’Arctique. Ces rapports sont publiés sous l’égide du bureau de statistiques de Norvège. Or si les statistiques décrivent bien l’économie classique, elles sont mal adaptées pour saisir l’économie informelle liée aux activités coutumières et elles ne font pas d’interprétations sociologiques des données. « Avec plusieurs collègues sociologues, géographes, anthropologues, économistes, on se disait qu’il fallait aller plus loin. C’est là qu’on a décidé de mettre sur pied ce partenariat de recherche », raconte Gérard Duhaime. Les 40 chercheurs, et autant d'étudiants, qui en font partie vont avoir la tâche d’étudier les inégalités sociales en relation avec les activités économiques et les systèmes sociopolitiques en place dans les différentes régions polaires. Le niveau d’éducation, l’espérance de vie, la mortalité et d’autres indicateurs sociaux dépendent sans doute du revenu des personnes, lui-même découlant de l’activité économique de la région. Mais ils dépendent aussi de la fiscalité et le l’utilisation des revenus fiscaux par les administrations publiques régionales ou nationales pour développer des services publics. On s’attend donc à des inégalités sociales variables selon les activités économiques développées en Arctique mais aussi selon les systèmes socio-politiques des pays.

Disparité des inégalités

L’Amérique du nord, les pays scandinaves et la Russie forment trois blocs de pays qui se distinguent par leur forme de gouvernement et leurs structures économique et sociale et on peut penser que les populations autochtones n’y bénéficient pas de la même considération lors du développement de projets économiques.

« Quand il y a un projet minier dans le Nord canadien et en Alaska, il y a un corpus législatif qui contraint la compagnie minière à discuter avec les populations autochtones et qui donne des obligations pour la protection de l’environnement. Dans l’Extrême-Orient russe, les autochtones n’ont aucun droit reconnu. Les préoccupations pour les communautés locales et l’environnement, c’est un autre univers », compare Gérard Duhaime.

De plus, le contexte démocratique russe ne laissera guère de possibilités à ces populations de faire valoir leurs droits. Les chercheurs de WAGE veulent voir comment ces contextes se reflètent sur les inégalités sociales dans les communautés de l’Arctique.

Mais même au sein d’un même bloc de pays, les inégalités varient d’une région à l’autre. Par exemple, au Canada, la mortalité infantile au Nunavut est près de deux fois plus élevée qu’au Yukon. Inversement, l’espérance de vie au Yukon dépasse celle du Nunavut.1 Il y a des différences entre autochtones et non-autochtones mais aussi entre autochtones. « Les inégalités qu’on constate sont importantes. C’est un enchevêtrement de conditions politiques, de conditions économiques, de décisions de politiques publiques sur la régulation de l’économie, sur la régulation des rapports entre l’économie et la population. C’est ce qu’on veut étudier », décrit Gérard Duhaime.

Un défi de WAGE est de trouver des indicateurs qui permettent une comparaison rigoureuse de cette relation entre inégalités et activités économiques dans les différentes communautés arctiques.

Partage des solutions

Décrire et interpréter les inégalités sont les premiers objectifs de WAGE mais ultimement, la comparaison du lien entre les systèmes socio-politiques et les inégalités dans les différentes communautés doit permettre d’identifier et de partager des solutions pour résoudre les inégalités.

« Le projet de recherche n’est pas seulement une acquisition de connaissance. C’est aussi de mettre les connaissances acquises au service du changement social. Un des objectifs est de comprendre le processus par lequel le changement peut survenir », commente Gérard Duhaime.

Les associations autochtones internationales de l’Arctiques sont partenaires du projet et participeront aux travaux de recherche. Il est prévu de partager les connaissances au sein des populations de l’Arctique via un site web abrité à l’Université Laval, via des réseaux sociaux, via une collection de conférences présentées en plusieurs langues. Les communautés pourront voir les solutions mises en œuvre dans d’autres régions et éventuellement s’en inspirer pour apporter du changement chez elles.


1. Exemple | inégalités variant d’une région à l’autre au sein d'un même bloc de pays

donnees

Référence: 2021 Glomsrød, Solveig, G. Duhaime and I. Aslaksen (Eds.), 20. The Economy of the North 2020, Oslo, Statistics Norway, 199 p.


Informations sur le chercheur

gérard duhaime

Gérard Duhaime est professeur titulaire au Département de sociologie de l'Université Laval.  Il est également titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur la condition autochtone comparée et de la Chaire Louis-Edmond-Hamelin de recherche nordique en sciences sociales.


Pour aller plus loin


pleins feuxActualité scientifique 

Pleins feux sur la recherche nordique | Une initiative de l'Institut nordique du Québec

Pour célébrer l’excellence en recherche nordique du Québec et mettre en lumière les divers défis et enjeux liés à ces territoires, l’Institut nordique du Québec vous offre une série d’articles consacrée à la recherche menée au sein de sa communauté

À travers ces articles vulgarisés, vous découvrirez une communauté de recherche multidisciplinaire dont la force repose sur la complémentarité des expertises détenues par ses membres. Vous rencontrerez des individus partageant un vif attachement pour le Nord et dédiés à produire, de paire avec les habitants de ces régions, les connaissances nécessaires à son développement durable et harmonieux.

Vous êtes invités à relayer ces articles à travers votre réseau afin de faire découvrir au plus grand nombre les différentes facettes de la recherche nordique et les multiples visages qui l’animent. Ensemble pour le Nord!

©2022 Institut nordique du Québec, tous droits réservés.